* * ( ) 24 / 24 .********


 | 
 

 Une comptence sen est alle

   
iy@d


avatar

: 47
: Ain azel Algrie
: Enseignant
  :
: 19/09/2007

: Une comptence sen est alle    23, 2008 4:40 am


Hommage
[ ]

Une comptence sen est alle


Devant la dgradation de son image auprs de lopinion publique, face au tourbillon de la misre qui laspire vers labme de la dchance sociale, ce retrait de la craie et du tablier nous offre ce cadeau. Du baume aux curs briss de nos vaillants soldats de lombre . Cet hommage il le destine ses ans et ses collgues retraits ou actifs. Emotion garantie
Linstituteur
Telle une bougie allume, il a consum sa vie jusqu lextinction. Pourquoi ? Eclairer le chemin ascendant des jeunes pousses qui lui ont t confies. Que de nuits veilles, de bibliothques visites, douvrages consults. Pourquoi ? Dnicher lartifice, le ssame de son obsession : la russite. Non pas la sienne mais de celle de ses lves. Simplifier une explication, tonifier des capacits en jachre, veiller des consciences la vie, entretenir la curiosit intellectuelle. Pourquoi ? Nourrir dans ces curs denfant lamour des tudes. Ctait l son devoir au quotidien. Plein dhumilit, de sagesse et de courage, il a brav ladversit. Indigne dvaloris aux yeux de certains colons, il passait pour un rengat (un mtourni ) auprs des siens. Touch par la grce divine de la vocation, il accueillait cette intolrance par lindiffrence. A lindpendance du pays, il prit le relais dun encadrement scolaire dsert. Au pied lev. Il vit son salaire revu la baisse de 30%. Sans rechigner, il a continu sa mission sacre avec le mme dvouement. Par ses soins ont t forms des cadres, des mdecins, ingnieurs, architectes, journalistes aux comptences reconnues au-del de nos frontires. La flamboyante jeunesse des annes 1960 et 1970. Arrive le jour o les opportunistes de la pense unique le mettent lombre, lui le mtourni des annes de colonisation. Des arrivistes que le dfunt Mostefa Lacheraf qualifiait de rurbains . Pour se donner contenance, ils sautoproclament diplms par dcrets. Des parchemins frelats, exhibs avec ostentation linstar de ces femmes de petite vertu avec leurs bijoux ou de ces maquignons vreux leurs fortunes. Ils ont squatt toutes les institutions publiques. Le secteur priv ne les recrutant pas pour cause dincomptence avre. Notre vaillant soldat de lombre , lui, tout son sacerdoce dvou, nmit aucune plainte. Aucun gmissement. Dans son cur chauffait elle chauffe toujours chez les survivants la frustration de voir sa belle uvre se dsagrger sous les coups de vengeance des mdiocres. Lui et ses collgues de labour sen allrent un par un. Certains pousss vers lexil intrieur ou extrieur, dautres dcds prcocement ou placards en retraite la fleur de lge intellectuel. Laissant place nette aux diplms analphabtes finaliser leur besogne. Et hop ! Transform en une machine infernale exporter les lites, le beau pays de Benhadouga et de Mohamed Dib. Les sables du dsert jusque dans les ttes et les curs des Algriens. Quelle belle entreprise ducative que voil ! Pour le dernier des Mohicans reclus dans sa misre sociale, il ne reste que les souvenirs grener. Souvenirs du temps jadis, o le sourire de linnocence, la satisfaction dune leon bien faite valaient tous les trsors de la terre.Vous lavez compris chers lecteurs, nous parlons de linstituteur du temps jadis. Il reste vivant tout jamais dans les consciences de ses anciens lves. Cet homme et/ou cette femme au grand cur, des ignares rurbaniss le (la) qualifient avec mpris de petits instituteurs . Mais dans leur ignorance crasse, ces rurbains oublient de chercher la signification du mot instituteur. Mais savent-ils utiliser un dictionnaire ? Cest la personne qui institue lhumanit en lenfant. (dixit Andr Malraux). A loppos de cette race des seigneurs en voie dextinction, il y a les insti-tueurs , label authentifi et format dans des laboratoires uniques en leur genre et sans concurrence dans le monde. Linsti-tueur nduque pas. Il ne se casse pas la tte pour veiller prparer, vrifier, corriger, chercher. Non ! Sa seule raison dtre est dtouffer sa racine chez lenfant le gnie crateur dun peuple. A tous les INSTITUTEURS dAlgrie davant et daprs lavnement du rurbanisme , ce flau gnrateur dinsti-tueurs, nous disons merci du fond du cur. Vos anciens lves vous sont reconnaissants pour lternit
...
Un instituteur la retraite
    
http://sitenseignant.50webs.com
SAEED


avatar

: 60
: 58
: 22
  :
: 28/03/2008

: : Une comptence sen est alle    16, 2008 10:24 am

SALAM ALEIKOUM
voil je viens juste de terminer la lecture , ce fut un sujet magnifiquement labor , historiquement bien retrac ,humainement bien dit , professionnellement moyennement conu;ne me blamez pas -car j'enseigne l'arabe-,et garde de bons souvenirs ,sinon les meilleurs de mes instituteurs (que dieu les protge )et je tiens signaler -par le biais de ce message -que l'instituteur occupera les premiers rangs durant les vies de tous les intellectuels ,et sans le moindre doute ,il n'y a pas de diffrence entre l'actuel instituteur et celui d'antan,puisque tous les deux ont la conscience tranquille ,aprs avoir accompli leur noble tache .
enfin ,je voulais bien debattre et xposer mon opinion ,alors je vous promets que je reviendrais si vous le permettez;
et excusez mes fautes si nombreuses soient elles .
Que dieu vous benisse et vous protge .
    
paliosoft


avatar

: 60
: medea
: enseignant
  :
: 19/09/2008

: : Une comptence sen est alle    29, 2009 5:30 pm





    





: 51
:
:
:
  :
: 19/02/2011

: : Une comptence sen est alle    05, 2011 7:31 pm

.
    
iy@d


avatar

: 47
: Ain azel Algrie
: Enseignant
  :
: 19/09/2007

: : Une comptence sen est alle    09, 2011 8:21 pm

Merci vous
    
http://sitenseignant.50webs.com
 
Une comptence sen est alle
    
1 1
 
-
» Contenu des allgements des programmes primaires 2009/2010

:
 ::   ::  -